Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SALAIRES

100---copie-1.jpg

Recherche

Salaires : + 100 €

salaires-logt-social.jpg

Bienvenue

 
Dessin de Pierre Corneloup

Bonjour,
Vous avez ouvert les fenêtres et vous avez donc poussé la porte pour entrer dans votre espace "logement social".
Vous allez découvrir que notre "habitat" est composé de plusieurs pièces :
- Une pour les ESH et Coopératives,
- Une pour les OPH,
- Une pour les 2 dernières années de référence qui vous serviront pour parcourir toute notre actualité comme les différents réunions et comptes-rendus qui y sont faits, nos tracts, les textes de loi (ordonnances, décrets, circulaires, etc.), informations diverses et diverses réflexions et propositions faites aussi par notre collectif logement.

Une chose importante : si vous avez des suggestions, des idées et des propositions à nous faire, surtout, n’hésitez pas, envoyez-nous un mail à l'adresse suivante: cgt.logement@free.fr.


Nous vous invitons à vous inscrire à la newsletter comme cela vous serez informé chaque fois qu'un nouvelle article sera mis sur le blog.

Maintenant, votre visite peut commencer... A bientôt.

27 septembre 2016 2 27 /09 /septembre /2016 20:37
PIERRE DUQUESNE
LUNDI, 19 SEPTEMBRE, 2016
L'HUMANITÉ

343640 Image 0

Les centres d’hébergement constatent chaque jour les effets de l’aggravation de la précarité. Un public de plus en plus jeune, des femmes avec enfants et des salariés appellent chaque jour le 115.
Les centres d’hébergement constatent chaque jour les effets de l’aggravation de la précarité. Un public de plus en plus jeune, des femmes avec enfants et des salariés appellent chaque jour le 115.
Photo : Marta Nascimento/Réa

Au moment où le débat public est pollué par les obsessions identitaires de la droite, la Fondation Abbé-Pierre lance une campagne ambitieuse contre le mal-logement. Son délégué général, Christophe Robert, appelle les candidats à la présidentielle à répondre aux urgences sociales.

« Au-delà même des 3,8 millions de personnes qui sont privées de domicile ou qui vivent dans un habitat très dégradé, près de 12 millions de Français sont en situation de fragilité par rapport au logement », rappelle Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre (FAP). Difficulté à payer le loyer, les charges de copropriétaires ou à se chauffer convenablement… ce sont au total 15 millions de personnes qui sont touchées.

Un quart des personnes sans domicile occupent un emploi

Les centres d’hébergement constatent chaque jour les effets de l’aggravation de la précarité, avec un million de pauvres en plus dans notre pays en à peine dix ans. Un public de plus en plus jeune, des femmes avec enfants et des salariés appellent chaque jour le 115. Un quart des personnes sans domicile occupent un emploi. Qui n’a pas un cousin, un collègue, un ami étranglé par ses dettes ? Quel enseignant d’Île-de-France n’a pas, dans sa classe, un élève qui dort en foyer ou dans un hôtel ?

« Il y a une France qui souffre. Qui se débrouille comme elle peut. Qui veut que l’on parle d’elle. Et pourtant, le débat public fait totalement abstraction de cette réalité. Les responsables politiques détournent le regard, contournent le problème. Les médias ont aussi une responsabilité », déplore le responsable associatif. Après un silence, il reprend : « Il y a un risque, en cette période troublée, que la campagne des primaires, celles de la présidentielle et des législatives, ne fassent complètement l’impasse sur les questions de précarité, de ségrégation territoriale et de mal-logement, qui sont pourtant des enjeux majeurs pour la cohésion de la société. »

Les candidats de droite, obnubilés par leurs obsessions « identitaires », veulent relancer la chasse aux pauvres. Jeudi dernier, Nicolas Sarkozy a dit vouloir mettre fin à « la situation dans laquelle le travail paye moins que les revenus d’assistance ». Une assertion totalement fausse, mais qui figure dans son livre programmatique. L’ancien président, comme François Fillon, promet la suppression de l’encadrement des loyers ou celle de l’impôt sur la fortune, calculée sur le patrimoine des plus riches… Alain Juppé, qui se veut plus modéré, met en avant la « rationalisation » des aides au logement, qui solvabilisent pourtant un grand nombre de ménages. Et si Marine Le Pen évoque le million de pauvres supplémentaires depuis 2008, c’est pour mieux taper sur les immigrés.

Les problèmes de logement sont pourtant au cœur des préoccupations populaires. Les 30 % des ménages les moins aisés y consacrent en moyenne 31,8 % de leurs revenus, quand les trois déciles les plus riches, à titre de comparaison, n’y consacrent en moyenne que 12,5 % de leur budget.

Réguler le marché immobilier aurait donc un effet immédiat sur le pouvoir d’achat d’une grande part de la population… et des électeurs. Seulement voilà. « La puissance des lobbys est très forte », dénonce le délégué général de la Fondation Abbé-Pierre marqué par la volte-face du gouvernement Valls sur l’instauration d’un encadrement généralisé des loyers. « Interpeller les candidats ne suffira pas, prévient Christophe Robert. Il convient de lancer une mobilisation citoyenne beaucoup plus forte. » Pour cela, la puissance publique devra faire respecter le droit au logement, que « le libre marché n’est pas en mesure de garantir ».

Les moins de 50 ans s’endettent à des niveaux record

La Fondation Abbé-Pierre n’est pas la seule à tirer la sonnette d’alarme. Le doublement de valeur des patrimoines français dans les années 2000 laisse les moins de 50 ans s’endetter à des niveaux record, pendant que ceux qui étaient déjà propriétaires avant la flambée des prix ont l’opportunité de réaliser « des plus-values d’une intensité historique, inédite depuis le XIXe siècle », prévient le sociologue Louis Chauvel, dans la Spirale du déclassement. Un choc inégalitaire comparable « par son intensité, à celui du néolibéralisme américain ou britannique dans les années 1980 ». Ce risque d’un retour à une société d’héritiers, comme à la Belle Époque, où les revenus du travail ne permettraient pas de compenser les inégalités de patrimoine, c’est ce que Thomas Piketty dénonçait déjà dans son Capital au XXIe siècle.

« Le parc résidentiel, deuxième poste émetteur de gaz à effet de serre, représente aussi un enjeu environnemental majeur », souligne Christophe Robert, qui appelle les pouvoirs publics à redoubler d’efforts en la matière. Ce fut le cas, il y a près de dix ans, lorsque, sous la pression de l’abbé Pierre, et du mouvement des Enfants de Don Quichotte, la loi pour le droit au logement opposable avait été votée à l’unanimité, en pleine campagne présidentielle. « Il y a eu des périodes où la question du logement occupait le devant de la scène, reprend le délégué général de la FAP. Dans les années 1990, lorsque Louis Besson a structuré la politique du logement pour les personnes défavorisées ; lors de l’instauration de la loi SRU ; à l’époque du plan Borloo… Il y a bien eu aussi la loi Alur, au début du quinquennat Hollande, mais il n’y a pas eu de continuité l ors du dernier mandat sur ce sujet. Ce devrait être un effort de tous les instants, un axe essentiel de la politique gouvernementale », plaide Christophe Robert. Les résistances sont énormes, mais les équipes de la Fondation restent optimistes.

Mobilisation contre l’expulsion de Bineta Seck.

L’Humanité avait commencé à vous raconter son histoire, cet été. Celle de Bineta Seck, locataire d’un appartement du 18e arrondissement, menacée d’expulsion. Encause ? Non pas des retards de loyer, mais la volonté de sa propriétaire de revendre son bien, vide. On appelle ça un congé-vente. Depuis, Bineta attend une proposition de relogement. Si elle n’en reçoit aucune avant son expulsion, elle devra aller à l’hôtel. Et s’éloigner ainsi du quartier où elle et son fils ont fait leur vie, où celui-ci va à l’école. Hier, un rassemblement public avait lieu pour protester contre son expulsion, programmée pour aujourd’hui, en présence notamment de Ian Brossat. Mais Bineta est loin d’être un cas isolé. En 2014, 11 604 expulsions locatives avec concours de la force publique ont eu lieu en France, contre 6 337 en 2001.

Journaliste

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif Logement CGT
commenter cet article

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG