Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SALAIRES

100---copie-1.jpg

Recherche

Salaires : + 100 €

salaires-logt-social.jpg

Bienvenue

 
Dessin de Pierre Corneloup

Bonjour,
Vous avez ouvert les fenêtres et vous avez donc poussé la porte pour entrer dans votre espace "logement social".
Vous allez découvrir que notre "habitat" est composé de plusieurs pièces :
- Une pour les ESH et Coopératives,
- Une pour les OPH,
- Une pour les 2 dernières années de référence qui vous serviront pour parcourir toute notre actualité comme les différents réunions et comptes-rendus qui y sont faits, nos tracts, les textes de loi (ordonnances, décrets, circulaires, etc.), informations diverses et diverses réflexions et propositions faites aussi par notre collectif logement.

Une chose importante : si vous avez des suggestions, des idées et des propositions à nous faire, surtout, n’hésitez pas, envoyez-nous un mail à l'adresse suivante: cgt.logement@free.fr.


Nous vous invitons à vous inscrire à la newsletter comme cela vous serez informé chaque fois qu'un nouvelle article sera mis sur le blog.

Maintenant, votre visite peut commencer... A bientôt.

13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 20:56

Dissolution de l’ophlm, notre groupe s’y oppose fortement lors du conseil municipal du 12 décembre!

Intervention de Frédéric Durand, notre président de groupe sur la délibération concernant la dissolution:

« Monsieur le maire,
La question du logement est une préoccupation constante des habitants de Saint-Ouen. Vous avez fait état, lors de précédents conseils municipaux de plus de 4000 demandes de logements non satisfaites dans notre ville.
Ce qui prouve que malgré les efforts consentis par le passé la pénurie de logements sociaux demeure un enjeu vital ici comme dans la région Ile-de-France. C’est d’autant plus vrai que beaucoup de familles sont contraintes de sacrifier parfois plus de la moitié de leurs revenus simplement pour se loger.
Dans ces circonstances extrêmement tendues votre ambition politique de diminuer de 12% les logements sociaux risque de créer une explosion de la précarité contraignant une partie de la population à quitter la ville. D’autant que, comme vous le savez, notre territoire aux portes de Paris vit sous la pression persistante de la spéculation immobilière.
Face à cette menace réelle il est selon nous urgent de protéger les habitants de Saint-Ouen plutôt que d’assister en spectateur passif, voire d’encourager la hausse des prix.
Votre rêve de voir s’installer ici les classes supérieures pour, comme vous dites souvent : « relever le niveau » des Audoniens, outre le mépris qu’une telle vision recèle, est une provocation à l’égard des familles populaires et un mensonge.
La vérité est plus cruelle et plus mesquine: vous faites le choix d’une recomposition sociologique pour des raisons électorales mais vous peinez à l’assumer publiquement.
Je le dis d’autant plus tranquillement que vous avez toujours accusé la gauche dans le passé de maintenir la pauvreté pour avoir des voix, non seulement c’est une injure faite aux politiques sociales mises en œuvre depuis Fernand Lefort, mais vous, vous êtes en train de créer les conditions de chasser les plus modestes en faisant mine de les aider. Les masques tomberont en temps voulus.
Je suis désolé de vous le dire Monsieur le maire, mais tout le monde ne possède pas comme vous des appartements un peu partout dans le département et dans la région. La plupart des habitants ici n’ont qu’un seul toit et il normal qu’ils tiennent à la conserver.
En attendant c’est dans ce contexte que vous avez  décidé de supprimer l’OPH, c’est un acte important, et même historique, puisque l’OPH a été crée en 1923 et a pris un essor décisif dès la sortie de la guerre pour tenter d’éradiquer les bidonvilles et le mal logement dans notre ville.
C’est une structure 100% publique, sans vocation concurrentielle et entièrement dédiée au logement social. Il est utile de le rappeler, puisque vous avez décidé de donner l’ensemble de ses 5800 logements à la Semiso,  Semiso dont personne ne conteste l’utilité dans la diversité de ses missions, notamment en terme d’aménagement, mais qui ne répond aux mêmes besoins et aux mêmes enjeux sociaux.
Plus surprenant, vous avez décidé de vendre officiellement l’ensemble des logements de l’OPH à la SEMISO sans que celle-ci n’ai à débourser un centime. Nous devons reconnaître Monsieur le Maire que vous réalisez là un exploit dans l’art de gonfler le patrimoine privé avec les biens publics.
En effet vous affecter une partie de l’excédent de liquidation au rachat des emprunts de l’OPH, une autre partie en rachat d’actions pour une montée au capital, jusqu’à là rien à redire, et tout le reste, c’est à dire l’essentiel de la somme,  est versé sous forme de subvention de la mairie vers la Semiso.
Résultat de ce tour de passe-passe, et quoi que vous en disiez, 15% du patrimoine public se transforme en patrimoine privé, soit en valeur l’équivalent de 50 millions d’euros publics qui sont versés à la cagnotte privée. Les citoyens de Saint-Ouen apprécieront puisqu’il s’agit aussi de leur patrimoine même s’ils vous en ont malencontreusement confié la gestion.
Ce n’est pas un secret nous nous opposons depuis le début à la disparition de l’Office public HLM de Saint-Ouen.
Cette opération,  s’est réalisée dans des conditions assez  invraisemblables, qu’il s’agisse du personnel mis en permanence sous pression, ou des locataires, vous avez choisi le passage en force malgré la décision négative de la ministre du logement.
Vous avez obtenu c’est vrai, le 5 juillet dernier, une suspension de cette décision par un jugement en référé sur la forme.
Cette décision ne préjuge en rien de la décision sur le fond qui sera rendue, puisque le jugement est attendu.
Première question : que se passe-t-il si le tribunal donne raison à la Ministre du Logement vous interdisant à postériori la vente? Avez-vous prévu cette éventualité monsieur le maire et si oui comment comptez-vous y répondre ?
Deuxième question, vous aviez promis des référendums locaux sur les sujets importants pour les habitants de la ville, considérez vous que la vente de 5800 logements publics ne constitue pas un sujet important et si oui, pourquoi n’avez vous pas procédé à la consultation des habitants?
Il est important lorsqu’on s’engage de respecter ses engagements.
Enfin,  troisième et dernière question, si nous avons bien suivi les méandres de votre opération, il s’agit en dernier ressort d’obtenir un décret de la Ministre du Logement ainsi que du nouveau ministre de l’Intérieur pour réaliser la dissolution.
Que se passe-il monsieur le Maire, si ni Madame Cosse, ni Monsieur Leroux ne signe ce décret de dissolution ?

Merci de vos réponses. »

Dissolution de l’Ophlm, notre groupe s’y oppose fortement lors du conseil municipal du 12 décembre. Intervention de Jacqueline Rouillon.

Dans le dossier de dissolution de l’OPHLM, Jacqueline Rouillon a fait l’intervention suivante au nom de notre groupe:

« Nous voici avec cette délibération confrontée à l’une des décisions les plus graves depuis qu’un maire de droite dirige notre ville, celle de dissoudre l’office public HLM de St Ouen.
Pendant 60 ans, la vie et le parcours de 18.000 personnes et enfants depuis des décennies  – soit plus de 50.000 personnes – se sont construites avec l’office HLM. Certains aimeraient que cette belle histoire soit derrière nous mais l’efficacité et  attractivité  de l’oph sont toujours d’actualité : on l’a vu au moment de la livraison des programmes récents où l’oph a fait un tabac : 169 Hugo, A Croizat, 98 Hugo,  65 Bauer, mais c’est aussi dans des anciens programmes impasse de l’égalité,    Baudin, Mal Leclerc,  que les locataires ou les demandeurs se pressent pour avoir un logement. Bien sûr nous avons tous en tête des immeubles plus difficiles à vivre mais nous savons que ce n’est pas en supprimant l’oph que les problèmes disparaîtront, bien au contraire.
La Sémiso créée en 1966 est venue compléter cet engagement prioritaire de la ville de St Ouen pour le droit au logement.
Alors pourquoi modifier un système qui fonctionnait bien ?
Jusqu’en 2014, nous avons décidé de préserver nos deux organismes, avec leur spécificité de gestion et d’aménagement. Nous avons tenu bon malgré les réformes attaquant les offices publics HLM. L’oph d’aujourd’hui, possède un statut et un mode de gestion publique unique, que la Sémiso comme tout autre opérateur de logement social ne possède pas. Publique, c’est une forte présence de l’état dans le financement de l’oph, la gestion, et les attributions, publique dans le statut d’un nombre important de personnels qui tiennent à leur statut. Publique mais aussi  démocratique avec une  présence des locataires avec droit de vote au conseil d’administration. Cela non plus la Sémiso ne le possède pas.
Et quand on voit comment vous avez mené la concertation avec les locataires, condamné à recommencer des réunions pas ou mal convoquées, que vous l’avez fait en plein après-midi du mois d’Aout, on voit la piètre opinion que vous avez des locataires et de leurs avis. Ça promet pour la suite !
Pourquoi dissoudre tout cela ?
Vous l’avez dit vous-même : échapper à la loi NOTRe et à l’OPAC de Plaine Commune. Vous ne dites jamais que  si cette loi  vous oblige à rattacher l’OPH à Plaine Commune, des amendements à la loi ont permis que vous soyez toujours le patron à l’oph. L’office ne changera pas, c’est la collectivité de rattachement St Ouen, qui devient Plaine Commune.
Vous voulez avoir les coudées franches pour diminuer le pourcentage de logements sociaux. Vous dites ne pas diminuer le nombre de logements sociaux, mais vous refusez les constructions nouvelles de logements sociaux sauf pour remplacer les démolitions de l’ANRU. Alors où iront les jeunes audoniens, les nouveaux demandeurs, dans notre ville qui aura 70.000 habitants dans dix ans ? C’est dans le rapport de la région sur l’habitat et l’hébergement soumis en ce moment même au vote des collectivités territoriales que nous avons ce chiffre de 89% des franciliens éligibles au logement social, où vont-ils donc aller ? 89% ! des pauvres, des cas sociaux, des infréquentables à St Ouen sur Seine ? Ouvrez les yeux sur le logement social, ses habitants et ceux qui en ont besoin.
Vous voulez avoir les coudées franches pour réduire la gestion et la privatiser. C’est parti avec l’encaissement des loyers,qui sont traités maintenant par une société privée. Vous allez mettre en place une plate forme téléphonique  et d’accueil gérée par une société privée. A quand la privatisation d’autres secteurs ?
Vous voulez avoir les coudées franches pour la vente d’appartements. Nous vous avons interrogé à ce propos lors d’un dernier conseil. Vous n’avez pas répondu.
Ce qui se déroule est extrêmement grave pour la vie des locataires et l’ensemble de la ville.
Vous avez besoin d’un décret  du ministre de l’Intérieur et de la Ministre du logement pour la dissolution de l’oph. Si j’en juge par un tract du PS de St Ouen distribué il ya 15 jours dans les boîtes, vous n’êtes pas prêt d’avoir leur accord. « Quelle que soit l’issue juridique Emmanuelle Cosse à la demande de Bruno Leroux s’opposera à toutes les décisions administratives qui iraient à l’encontre des intérêts des locataires et des agents »
Et nous ferons tout pour vous en empêcher. On en a pas fini avec le logement social, le logement public sur notre ville, nous le disons au nom des milliers de personnes qui ont besoin que ce droit au logement soit effectif pour vivre dans la dignité. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif Logement CGT
commenter cet article

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG