Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SALAIRES

100---copie-1.jpg

Recherche

Salaires : + 100 €

salaires-logt-social.jpg

Bienvenue

 
Dessin de Pierre Corneloup

Bonjour,
Vous avez ouvert les fenêtres et vous avez donc poussé la porte pour entrer dans votre espace "logement social".
Vous allez découvrir que notre "habitat" est composé de plusieurs pièces :
- Une pour les ESH et Coopératives,
- Une pour les OPH,
- Une pour les 2 dernières années de référence qui vous serviront pour parcourir toute notre actualité comme les différents réunions et comptes-rendus qui y sont faits, nos tracts, les textes de loi (ordonnances, décrets, circulaires, etc.), informations diverses et diverses réflexions et propositions faites aussi par notre collectif logement.

Une chose importante : si vous avez des suggestions, des idées et des propositions à nous faire, surtout, n’hésitez pas, envoyez-nous un mail à l'adresse suivante: cgt.logement@free.fr.


Nous vous invitons à vous inscrire à la newsletter comme cela vous serez informé chaque fois qu'un nouvelle article sera mis sur le blog.

Maintenant, votre visite peut commencer... A bientôt.

7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 21:06

Toulouse. Logements « indignes », contrats précaires... la CGT accuse le patron d'une entreprise

La CGT a saisi l'Inspection du travail, accusant BTT Toulouse de fournir des conditions de logement « indécentes » à certains travailleurs. Ce que le patron de l'entreprise dément.

Publié le : 15/11/2016 à 09:45
BTTToulouseCGTConditionsHébergement
La CGT de Haute-Garonne accuse le patron d'une entreprise de Toulouse de fournir des conditions d'hébergement « indécentes », à certains travailleurs étrangers. (photo d'illustration © Google / Bigorre Travail Temporaire)

« Ils traitent leurs chiens mieux que leurs salariés ». Dans un communiqué, publié en novembre 2016, la CGT Construction Bois-Ameublement de Haute-Garonne accuse l’agence d’intérim Bigorre Travail Temporaire (BTT) de loger certains travailleurs européens, employés dans le département, dans des « conditions indignes ». Christophe Pontens, le président de la société BTT Toulouse, dément ces accusations, qu’il estime « calomnieuses ». L’Inspection du travail, saisie par le syndicat, se serait rendue sur place, le 19 octobre.

Des logements « indignes »

En ligne de mire de la CGT : des logements définis comme « indignes ». Laurent Grosjean, responsable départemental du syndicat, parle d’une « ancienne ferme », qui ne contient « pas vraiment de pièces ». Selon le syndicat, 25 personnes seraient concernées.

Quand ils rentrent du travail, les salariés doivent passer d’une pièce à l’autre, réveillant leurs collègues, qui ne peuvent pas se reposer après une dure journée. Comme ils travaillent en horaires décalés, certains rentrent tard quand d’autres commencent tôt, avance-t-il.

Face à ces déclarations, Christophe Pontens, président local de l’entreprise BTT, est catégorique : trois de ces appartements auraient été déclarés en « bon état » par l’Inspection du travail. Le dernier serait en « état de rénovation ». Selon lui, les chambres accueillent deux pensionnaires maximum. Il précise également que « les horaires décalés n’existent pas sur les chantiers toulousains », arguant que les travailleurs peuvent prendre leur service entre 7 h et 8 h 30.

Certes, il y a des travaux à faire dans certaines pièces, mais on en a déjà engagé, d’un montant de 200 000 euros, précise Christophe Pontens.

Présence de rats

D’autres éléments sont pointés du doigt, par la CGT. Tout d’abord, la présence de rats dans les cuisines. « Les travailleurs ont amené des coffrages en bois, afin de protéger leur nourriture », souffle Laurent Grosjean. Une affirmation réfutée par Christophe Pontens. Et le syndicat de continuer, en précisant que les salariés disposent certes d’un bail, mais pas d’un contrat de location. « Pourtant, sur les feuilles de paie, 25 euros leur sont enlevés par semaine, pour le logement », ajoute Laurent Grosjean.

C’est faux, des contrats de location ont été signés. Et les sommes prélevées sur les fiches de paie concernent tous les frais inhérents à la location, comme les charges, déclare Christophe Pontens.

Des ouvriers trop qualifiés

En plus de demander une amélioration des conditions d’hébergement, la CGT réclame des embauches en CDI. « Les missions d’intérim peuvent se succéder, à la condition de respecter un tiers-temps (un mois de pause entre deux contrats, ndlr). Et ce temps de pause n’est pas pris en compte, pour ces travailleurs », appuie le responsable syndical.

Concernant les qualifications, certains sont engagés et payés comme des ouvriers de manoeuvres, alors qu’ils sont coffreurs. Ils sont trop qualifiés, pour les tâches qui leur sont accordées, dénonce Laurent Grosjean.

Ce à quoi Christophe Pontens répond que chaque salarié est « payé selon sa qualification, validée par les entreprises pour lesquels ils sont détachés », sur la base de « salaires français ».

L’Inspection du travail saisie

La CGT se pencherait maintenant sur une problématique de « travail dissimulé ». BTT Toulouse, de son côté, précise qu’aucun détachement transfontalier n’est à noter. L’inspection du travail s’est, depuis, rendue sur place. Si le dossier venait à être présenté devant le tribunal, le syndicat compte se constituer partie civile. Mais, pour la CGT, « ces pratiques ne relèvent pas de la seule responsabilité de BTT ». La loi Savary, votée en 2014, rend les donneurs d’ordre légalement responsables de l’hébergement de leurs sous-traitants », rappelle-t-elle. L’entreprise, elle, attend maintenant les délibérations, arguant que « les éléments sont entre les mains de l’administration et de la justice ».

Certains de ces travailleurs vivent ici depuis six ans. Quand je suis allé les voir, vendredi dernier, ils disaient ne pas comprendre ce battage, cet affolement. J’ai proposé à la CGT de me contacter, sans jamais avoir de réponse, avance Christophe Pontens.

L’organisation syndicale reste campée sur ses positions et précise ne pas vouloir rencontrer le président de BTT Toulouse. « On veut que ce soit le juge qui les rencontre ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif Logement CGT
commenter cet article

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG