Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SALAIRES

100---copie-1.jpg

Recherche

Salaires : + 100 €

salaires-logt-social.jpg

Bienvenue

 
Dessin de Pierre Corneloup

Bonjour,
Vous avez ouvert les fenêtres et vous avez donc poussé la porte pour entrer dans votre espace "logement social".
Vous allez découvrir que notre "habitat" est composé de plusieurs pièces :
- Une pour les ESH et Coopératives,
- Une pour les OPH,
- Une pour les 2 dernières années de référence qui vous serviront pour parcourir toute notre actualité comme les différents réunions et comptes-rendus qui y sont faits, nos tracts, les textes de loi (ordonnances, décrets, circulaires, etc.), informations diverses et diverses réflexions et propositions faites aussi par notre collectif logement.

Une chose importante : si vous avez des suggestions, des idées et des propositions à nous faire, surtout, n’hésitez pas, envoyez-nous un mail à l'adresse suivante: cgt.logement@free.fr.


Nous vous invitons à vous inscrire à la newsletter comme cela vous serez informé chaque fois qu'un nouvelle article sera mis sur le blog.

Maintenant, votre visite peut commencer... A bientôt.

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 20:47

APL : les faux arguments du gouvernement

ENTRETIEN RÉALISÉ PAR CAMILLE BAUER
VENDREDI, 28 JUILLET, 2017
L'HUMANITÉ
Pierre Madec	: «	La solution de long terme, c’est de produire plus de logements abordables pour les ménages.	» François Perri/REA
Pierre Madec : « La solution de long terme, c’est de produire plus de logements abordables pour les ménages. » François Perri/REA
 

Entretien. En diminuant les aides au logement pour faire des économies, l’exécutif vise les plus pauvres et s’appuie sur des études dépassées, estime l’économiste Pierre Madec.

La décision du gouvernement de réduire de 5 euros le montant des aides personnalisées au logement (APL) suscite, depuis une semaine, une levée de boucliers. Pierre Madec, économiste au département analyses et prévisions de l’OFCE, dénonce cette mesure à la fois injuste et inefficace. Entretien.

Qui profite des aides au logement ?

Pierre Madec Sur 18 milliards d’euros d’aides personnelles au logement, plus de 90 % de ce montant bénéficient aux 30 % des ménages les plus pauvres. Les APL représentent aussi 20 % des revenus des 10 % les moins favorisés. Au final, comme le montre l’Insee, elles contribuent autant que les minima sociaux à réduire les inégalités.

Les libéraux reprochent aux APL d’être « inégalitaires » et de profiter surtout aux locataires de HLM. Qu’en pensez-vous ?

Pierre Madec De fait, on est dans un système que des réformes successives ont rendu moins égalitaire. Au début, les APL étaient censées prendre en compte à la fois le niveau du revenu et celui du loyer. En ce qui concerne les revenus, les aides sont restées progressives puisqu’elles sont plafonnées et limitées aux personnes dont le revenu n’excède pas le Smic. En revanche, elles ont été déconnectées du montant des loyers. Les exécutifs successifs, avides d’économies, ont procédé à une sous-indexation systématique des loyers qui servent au calcul des aides. Du coup, depuis vingt ans, le montant des APL a été revalorisé deux fois moins que celui des loyers réels ! Dans le parc privé, 90 % des locataires qui bénéficient des APL payent ainsi des loyers supérieurs au plafond des aides. Dans le parc social, la situation est un peu différente. Compte tenu de loyers inférieurs, 50 % des locataires recevant des APL continuent de bénéficier de la progressivité de l’aide personnelle.

Certains reprochent aussi aux APL leur caractère inflationniste. Qu’en pensez-vous ?

Pierre Madec On ne peut pas nier que, quand on a revalorisé massivement les APL ou quand on a fait entrer une population nouvelle dans le dispositif, comme les étudiants dans les années 1990, cela a entraîné une augmentation des loyers, notamment sur les petites surfaces. Néanmoins, toutes les études qui évoquent ce problème parlent du passé. La situation qu’elles décrivent n’a rien à voir avec ce qui se passe aujourd’hui. Dans un contexte où 90 % des allocataires payent un loyer supérieur au plafond des allocations, il n’y a plus de lien entre le montant de l’aide et la décision d’augmenter le loyer. Utiliser cet argument inflationniste n’a plus de sens. De plus, même la littérature scientifique qui évoque ce risque ne conclut pas que la baisse des aides va faire baisser les loyers. Au contraire, quand on diminue les aides, les loyers restent les mêmes ou augmentent, et ce sont les locataires qui payent la différence… On l’a vu au Royaume-Uni, où la baisse massive des APL n’a pas empêché les loyers de grimper.

Le gouvernement coupe les APL et réforme l’ISF. Peut-on faire un parallèle entre ces mesures ?

Pierre Madec Ce qui est intéressant c’est de comparer les montants. Avec la baisse de 5 euros sur chaque allocation que le gouvernement vient d’annoncer, on fait 400 millions d’économies sur les ménages les plus modestes. Dans le même temps, on annonce une réforme de la fiscalité du capital mobilier à travers la mise en place d’un prélèvement forfaitaire unique qui consiste à taxer toutes les sources de revenus avec un taux unique à 30 %. Le gouvernement a chiffré le coût de cette mesure à 1 milliard d’euros, mais à l’OFCE nous estimons qu’elle devrait plutôt coûter 4 milliards, au bénéfice des ménages les plus aisés… À cela s’ajoutent les 3 milliards d’euros que devrait coûter la transformation de l’ISF en impôt sur l’immobilier, via l’exclusion du capital mobilier (actions, valeurs financières…) de son calcul. Cela fait 7 milliards d’euros consacrés uniquement aux ménages les plus aisés quand, au nom des économies budgétaires, on retire 400 millions aux 30 % des ménages les plus pauvres. Ça pose un problème d’inégalité.

Faux billets de cinq euros...

La Confédération nationale du logement (CNL) a décidé de distribuer des faux billets de cinq euros afin de protester contre la baisse des aides personnelles au logement et de permettre au grand public de visualiser l’argent que l’État va prendre dans le portefeuille des plus modestes. « Le racket des locataires doit cesser ! » lit-on au verso de ces coupures imprimées par cette association très implantée dans le logement social. En parallèle, la CNL a lancé une pétition adressée au président de la République sur le site change.org, intitulée « Baisse des APL : non aux mesures anti-pauvres du gouvernement Macron ! »

Journaliste rubrique Société

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif Logement CGT
commenter cet article

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG