Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 00:09
Paris : avec la crise sanitaire, de plus en plus de monde à la rue

Depuis janvier 2020, le nombre d’allocataires du revenu de solidarité active (RSA) est passé de 60 000 à près de 70 000 dans la capitale.

 Maraude de l’Armée du salut à la rencontre des sans-abri entre gare de l’Est et gare du Nord, à Paris. Maraude de l’Armée du salut à la rencontre des sans-abri entre gare de l’Est et gare du Nord, à Paris. LP/Elise Viniacourt

Considérable, l'augmentation de 13 % du nombre d'allocataires du revenu de solidarité active (RSA) à Paris au cours de l'année 2020 est un indicateur qui en dit long sur l'impact de la crise sanitaire. Alors qu'en janvier, 60 000 Parisiens percevaient le RSA (564,79 euros par mois pour une personne seule), ils étaient 68 200 en septembre, selon le dernier chiffre disponible de la caisse d'allocations familiales. « Je pense qu'ils sont plus de 70 000 aujourd'hui. C'est du jamais-vu », annonce Léa Filoche (Génération. s), adjointe à la maire de Paris en charge de la solidarité et la lutte contre les inégalités et l'exclusion.

20 000 repas distribués chaque jour

Autre signal alarmant : la distribution d'aide alimentaire sous toutes ses formes (épiceries sociales, repas chauds servis aux sans-abri, paniers-repas), organisée par de nombreuses associations, a presque doublé en volume au cours des dix derniers mois. « De 11 000 repas attribués par jour en janvier 2020, nous sommes passés à 20 000 depuis septembre », constate l'élue.

« Non seulement la crise sanitaire a accentué les difficultés des personnes qui étaient déjà en situation précaire (NDLR : chômage, problèmes d'hébergement…) mais elle s'est aussi traduite par l'arrivée de nouveaux publics jusqu'alors inconnus des services sociaux », observe Léa Filoche. Majoritairement jeunes (moins de 35 ans) et sans charge de famille, ces « nouveaux pauvres » de 2020, dont beaucoup travaillaient comme indépendants (autoentrepreneurs…) dans les secteurs du tourisme ou de l'hôtellerie, se sont retrouvés sans emploi du jour au lendemain au printemps dernier et parfois dans l'incapacité de payer leur loyer.

200 millions d'euros consacrés aux aides sociales

« Tous les voyants sont au rouge. Mais nous sommes mobilisés pour que, contrairement au premier confinement, les mairies d'arrondissement, services sociaux, espaces parisiens pour l'insertion (EPI), restaurants solidaires… restent ouverts », martèle l'élue. L'augmentation du nombre de bénéficiaires du RSA coûtera 30 millions d'euros à la Ville, étant entendu que l'Etat ne prend en charge que 72 % du montant de cette allocation. « En 2020, la Ville déboursera 130 millions d'euros pour le RSA, contre 100 millions en 2019 », calcule Léa Filoche.

Au-delà du RSA, l'Hôtel de Ville alloue 200 millions d'euros par an aux aides sociales municipales, attribuées à plus de 200 000 ménages. A ce titre, les jeunes de moins de 25 ans qui n'ont pas droit au RSA peuvent bénéficier d'une aide au logement pour payer un complément de loyer, d'un coup de pouce en urgence pour régler une facture d'électricité… Des dispositifs spécifiques sont aussi prévus pour les familles monoparentales. Sans oublier le portage des repas à domicile sept jours sur sept pour les plus de 60 ans.

De l’épicerie sociale aux Restos du cœur…

Epiceries sociales, restaurants solidaires, distribution de paniers repas… sont les principaux dispositifs d’aide alimentaire proposés par de nombreuses associations, avec l’aide de la Ville et de l’Etat, qui continuent à fonctionner pendant le confinement. Tous sont accessibles avec une attestation de déplacement en cochant la case n°2. Voici une liste d’adresses non exhaustive à retrouver sur Paris.fr.

Epiceries sociales

Toutes sont ouvertes sur rendez-vous donné par l’intermédiaire d’un travailleur social. Libre-service du Secours populaire, 10, rue Montcalm (18e). La Courte Echelle, 8, rue Gaston-Tessier (19e). Portes Ouvertes et Solidarité, 27, avenue de la Porte-de-Vitry (13e). Le Marché Solidaire, 12, rue de l’Eure (14e). Epicerie sociale Crimée (CASVP), 166, rue de Crimée (19e). Epiceries sociales de la Croix-Rouge, 63-71, rue de l’Amiral-Roussin (15e) et 18, rue Edouard-Robert (12e). Solidaya, 13, rue Fontaine à Mulard (13e). Epicerie solidaire étudiante Agoraé, 8, rue Francis-de-Croisset (18e).

Restaurants

Douze restaurants solidaires accueillent les plus démunis, sur présentation d’une carte délivrée par plus de 200 organismes, services sociaux ou associatifs. Ces douze restaurants solidaires restent ouverts pendant le confinement. Les bénéficiaires y sont accueillis du lundi au samedi de 16 h 15 à 19 h 15 (fermeture des salles à 19 h 45). Le restaurant Palikao (20e) fonctionne en service continu de 11 h 45 à 19 h 15. Et Baudricourt (13e) est ouvert midi et soir.

Le réfectoire de la porte de la Villette (7-15, avenue de la Porte-de la-Villette, 19e), qui réunit les Restos du cœur, L’un est l’autre et La Chorba, accueille entre 600 et 800 personnes chaque jour, midi et soir. Ouvert du lundi au vendredi de 11 heures à 13 heures, les samedi et dimanche de 10 h 30 à 15 heures. Et le soir de 17 h 30 à 20 heures.

Trois Restos du cœur servent des repas chauds à table : 24, rue Saint-Roch (1er) de 19 h 30 à 20 h 45 (réservé aux femmes seules, aux hommes de plus de 60 ans et aux titulaires d’une carte d’invalidité) ; 6, avenue Joseph-Bédier (13e) de 11 heures à 13 heures ; 29, rue du Soleil (20e) de 11 heures à 13 heures et de 19 h 30 à 20 h 30.

Le restaurant social Santeuil de l’association Aurore, 8, rue Santeuil (5e), est ouvert de 11 h 30 à 17 h 30, accessible par l’intermédiaire d’un travailleur social.

Paniers-repas

Les camions des Restos du cœur distribuent 2400 paniers-repas chaque jour de 20 heures à 21 h 30 dans huit arrondissements : 7e, 9e, 10e, 11e, 12e, 13e, 14e et 19e.

La Table Ouverte distribue 400 repas dans le 18e chaque jour de midi à 13 h 30. Les Œuvres de Mère Teresa distribuent 500 repas chaque matin de 10 heures à midi dans le 11e. La Fondation de l’Armée du Salut distribue des petits-déjeuners chaque matin à la porte de Saint-Ouen (17e).

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG