Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 18:52

Le nouveau maire Pierre Bell-Lloch arrête le processus enclenché par son prédécesseur Kennedy et propose ce mercredi sa propre version : une fusion-absorption de l’OPH avec Arcueil, Gentilly, Cachan et Le Kremlin-Bicêtre dès 2021.

 Vitry-sur-Seine, mercredi 25 novembre. Pierre Bell-Lloch, le maire, devant les bureaux de l’OPH de Vitry qu’il souhaite fusionner au sein d’un organisme territorial plus large. Vitry-sur-Seine, mercredi 25 novembre. Pierre Bell-Lloch, le maire, devant les bureaux de l’OPH de Vitry qu’il souhaite fusionner au sein d’un organisme territorial plus large. LP/Marine Legrand

« Ah bon ? On arrête tout ? Dommage, on était presque arrivés à la fin du processus. » Cette agent d'accueil de l'OPH de Vitry-sur-Seine, l'office HLM de la ville, est un peu dépitée en découvrant que la fusion amorcée par l'ancien maire PCF Jean-Claude Kennedy avec l'autre bailleur vitriot (Semise) est stoppée net.

En effet, ce mercredi soir, le nouveau maire communiste Pierre Bell-Lloch présente au conseil municipal une délibération sur le principe de fusion-absorption de l'OPH de Vitry (5 049 logements sociaux) par le futur OPH du Grand Orly Seine Bièvre qui sera créé le 1er janvier 2021.

Celui-ci qui rassemble une grande partie des logements sociaux d'Arcueil, Gentilly, Cachan et Le Kremlin-Bicêtre. La délibération proposera que la Semise (3 606 HLM à Vitry) soit rattachée à un organisme plus vaste, la SAC (société anonyme de coordination) nationale des EPL (entreprises publiques locales).

Ce jargon et ces débats peuvent sembler obscurs aux yeux des habitants. Ils sont pourtant au cœur de leur vie quotidienne car, à Vitry, le logement social représente 14 500 habitations, dont 60 % gérées par l'OPH et la Semise.

 

Vitry-sur-Seine, le 25 novembre. La ville compte 40 % de logements sociaux dont une majorité (5 049) sont gérés par l’OPH de Vitry. LP/Marine Legrand
Vitry-sur-Seine, le 25 novembre. La ville compte 40 % de logements sociaux dont une majorité (5 049) sont gérés par l’OPH de Vitry. LP/Marine Legrand  

De toute façon, le maire n'a pas le choix. La loi Élan impose le regroupement des petits offices HLM au sein d'organismes plus grands (12 000 logements ou 40 millions d'euros de chiffre d'affaires minimum)… avant le 1er janvier 2021 !

Le scénario proposé par Pierre Bell-Lloch atteint le seuil requis : « Opaly (Arcueil-Gentilly) représente environ 5 000 logements, l'office HLM de Cachan 3 000, celui du Kremlin-Bicêtre 1 900 et l'OPH de Vitry 5 049. Soit 15 000 au total. On remplira notre obligation de la loi Elan tout en conservant du logement social public. »

Une fois l'avis des élus de Vitry acté ce soir, le conseil de territoire Grand Orly Seine Bièvre (qui a la compétence logement) doit valider la décision le 15 décembre. Une consultation des habitants de Vitry sera menée en parallèle sur le site Internet de la ville pour mieux connaître leur perception et leurs attentes sur le sujet. « La concrétisation du nouvel office territorial est prévue avant fin 2021 », résume Pierre Bell-Lloch.

Pas de hausse de loyer

Rien ne devrait changer pour les locataires, à part un changement de nom en haut de leur quittance : maintien des 150 agents à Vitry, maintien des points de contact de proximité dans la commune, pas de vente des logements sociaux et pas de hausse de loyer car ce type de décision nécessitera l'unanimité des voix au conseil d'administration. Vitry pourra donc s'y opposer si jamais l'idée était mise sur la table un jour. « Toutes les décisions stratégiques, d'ailleurs, seront soumises au principe d'un vote à l'unanimité », rassure l'élu.

La fusion-absorption pourrait apporter quelques avantages, selon lui : « Prendre les bonnes pratiques de chaque ancien bailleur comme développer la politique environnementale ou faire certifier le principe de réagir en 24 heures à un besoin urgent et en 72h à un besoin non urgent. Cela permettra peut-être aussi d'obtenir plus facilement une mutation dans une ville du futur office. Enfin, cela nous rendra plus forts car on va unir nos forces entre bailleurs. »

« Un mastodonte éloigné des locataires »

« Mais pourquoi ne veulent-ils plus fusionner l'OPH et la Semise ? Ça semblait bien parti et très logique ? », s'interroge l'agent d'accueil de l'OPH.

Voilà justement le cœur du sujet… et du débat. Pour Pierre Bell-Lloch, « ce mariage est un outil de résistance à la loi Macron car il permet de conserver du logement public. C'est une solution pérenne. Sinon, l'OPH allait disparaître, absorbé par la Semise, un bailleur qui est une société d'économie mixte à l'origine. On siège à son conseil d'administration car on paye des parts du capital. Et il suffit qu'une majorité vende ses parts pour la mettre en péril. On risquait des augmentations de loyer, des dégradations de logements, etc. »

Jean-Claude Kennedy voyait, à l'inverse, dans son futur combo OPH-Semise « un outil qui resterait lié à la commune ». Le scénario de Bell-Lloch « vise à céder notre patrimoine à un mastodonte éloigné des locataires », critique Hocine Tmimi, élu d'opposition et président de l'OPH de 2014 à 2020. Kennedy souligne aussi que Créteil, Montreuil et Alfortville ont fait le choix de maintenir leur office municipal HLM.

Villejuif est le bienvenu

Bref, l'ancien et le nouveau maire estiment chacun avoir trouvé le meilleur outil pour défendre les logements sociaux des Vitriots. Mais la discorde est bien là. Et Bell-Lloch enfonce le clou, comme un pied de nez à son détracteur : « Si Villejuif veut nous rejoindre dans ce futur office, cela apporterait une continuité territoriale. »

La Confédération nationale du logement (CNL) du Val-de-Marne « se félicite de la sauvegarde d'un service public du logement » mais s'inquiète de la dissolution des voix des locataires vitriots au sein du futur OPH territorial : « Sur l'ensemble des bailleurs il y a encore 23 représentants, seulement 5 seront présents dans la nouvelle structure publique. Le projet prévoit bien une commission communale mais avec avis et proposition; on est loin du centre de décision. La force de Vitry sera réduite dans des décisions dont on sait qu'elles se feront près de la Bièvre ou au niveau du territoire en ce concerne les attributions. Dans la future SEM, les élus n'auront pas de droit sur l'ensemble des décisions comme c'est le cas actuellement. Dans les deux cas, les locataires sont perdants, à terme, des gages d'un service public de qualité. »

Vitry-sur-Seine : le maire rebat les cartes de la fusion des offices HLM
Vitry-sur-Seine : le maire rebat les cartes de la fusion des offices HLM

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG