Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

22 février 2021 1 22 /02 /février /2021 09:09
Lundi 22 Février 2021

Les jeunes sont les premiers à souffrir de la réforme, quand ils comptent déjà parmi les plus touchés par la crise économique liée à l’épidémie. © Gabrielle Cézard/Sipa

Au début de son mandat, Emmanuel Macron supprimait l’ISF et réduisait de 5 euros les aides personnalisées au logement. Depuis janvier, un nouveau calcul de cette allocation frappe les jeunes travailleurs au porte-monnaie.

 

Du jour au lendemain, des pertes de plusieurs centaines d’euros par mois. C’est ce qu’ont pu constater, aux alentours du 5 février, une large part des allocataires, habitués à percevoir leur aide personnalisée au logement (APL). Les jeunes travailleurs sont les premiers à souffrir de cette réforme, quand ils comptent aussi parmi les plus touchés par la crise économique. Jusqu’ici, le montant de l’allocation la plus répandue de France était calculé à partir des revenus du ménage. Depuis le début de l’année 2021, elle est « contemporanéisée » : les revenus des douze derniers mois sont pris en compte et actualisés tous les trimestres. Derrière cette « aide ajustée en temps réel », qui a pu augmenter le montant de l’allocation auprès de certains, se cache un nouveau coup porté au budget de nombreux jeunes allocataires.

 

Cloé a 20 ans. En janvier, cette étudiante en contrat d’alternance touchait 220 euros d’APL. Un mois plus tard, le nouveau calcul lui a fait perdre 200 euros par mois. Brutalement, elle a dû continuer de s’affranchir de frais de logement de 500 euros toutes charges comprises, avec 29 euros pour seule aide au logement. En ajoutant au loyer le remboursement de la voiture, qui lui sert à travailler, et le coût de la vie quotidienne, les dépenses de Cloé dépassent très vite le cadre de son budget. « J’ai travaillé pendant mes vacances d’été, puis quelques fois, en plus de mon alternance, donc j’ai gagné trop d’argent pour continuer à toucher l’APL », explique-t-elle. Apprentie éducatrice spécialisée en Charente-Maritime, la jeune femme en est aux prémices de sa vie d’adulte, indépendante de ses parents. Elle comptait sur l’APL pour lui permettre de vivre de son salaire de 700 euros par mois. Le fruit de quelques semaines de CDD accumulées en 2020 aurait dû lui servir à assurer ses arrières et à financer des projets de vacances ou de stages à l’étranger. Maintenant qu’elle doit puiser dans ses économies tous les mois et compter chaque euro, la perte d’un cinquième de ses revenus a changé sa manière de vivre : « J’évite de sortir me balader pour ne pas être tentée par les achats et je surveille tout le temps mon compte en banque, c’est beaucoup de stress. Heureusement, il n’y a pas beaucoup de loisirs en ce moment . »

Les 18-29 ans, déjà fragilisés

Dans le contexte de la crise économique liée à l’épidémie, une réforme de l’APL qui touche les plus jeunes tombe particulièrement mal. Selon l’Observatoire des inégalités, la tranche d’âge 18-29 ans est la plus représentée dans la population pauvre (20,9 %) en 2018. La situation des jeunes ne devrait pas s’améliorer, la crise à venir les exposant encore davantage à la précarité. « Ils sont plus souvent en emploi précaire et ont été les premiers à être débarqués des entreprises au moment du confinement », note l’édition 2020-2021 du rapport de l’Observatoire sur la pauvreté.

 

Cet article pourrait aussi vous intéresser : Boom de la pauvreté : des jeunes, sans droits, en pleine détresse

« Cette réforme touche en particulier les jeunes qui vivent leur première année dans la vie active. Ils perçoivent habituellement une allocation assez élevée grâce au calcul de leurs ressources deux ans plus tôt, quand ils étaient étudiants et ne touchaient pas de salaire », éclaircit Claude Garcera, président de l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj), qui gère plus de 40 000 logements en France ; 37 % des personnes hébergées par les membres de cette association ont vu leur APL baisser depuis le nouveau calcul. Elles perdent en moyenne 170 euros par mois. En percevant une allocation correspondant à leurs revenus de la dernière année, ces perdants de la réforme ne bénéficient plus d’un « coup de pouce » de l’État pour entrer dans la vie active. L’aide bienvenue leur assurait une partie fixe de leurs revenus lors de leur insertion professionnelle, une période souvent instable et précaire. Claude Garcera pense à « ceux qui démarrent, avec des petits salaires, et qui enchaînent les contrats courts. Ce n’est pas une situation sécurisante pour eux et perdre des allocations ajoute de l’insécurité à l’insécurité ».

Une compensation insuffisante

Pour Pauline aussi, l’allocation logement était un moyen d’assurer une certaine stabilité financière et d’anticiper d’éventuels coups durs. Jusqu’ici, ses 300 euros d’APL lui permettaient de payer le loyer de son studio parisien à 820 euros et ses loisirs, et d’épargner tous les mois. Cette assistante commerciale de 25 ans a décroché un CDI pendant l’année 2020, mais, depuis février, la caisse d’allocations familiales ne lui verse plus rien. « J’ai reçu un mail qui me disait qu’avec 1 350 euros par mois, je gagnais trop d’argent ! » s’indigne-t-elle. Si un salaire comme le sien, légèrement au-dessus du Smic, ne donne pas accès aux allocations logement, le calcul à N-2 l’aurait aidée à économiser en 2021, le temps de voir venir une éventuelle augmentation. «Même si mon salaire n’est pas très élevé pour la vie à Paris, il me permettait de mettre de côté et je n’avais pas à me dire “ce soir on mange des pâtes et des patates”, ironise-t-elle. Maintenant, je vais devoir tout compter pour ne pas finir le mois à découvert.»

De même pour Loïc, en CDI à La Rochelle, le temps de monter son propre projet. En 2020, son allocation était calculée sur des périodes où il ne gagnait rien et lui permettait de développer progressivement sa microentreprise. Elle est passée de 372 à 120 euros ce mois-ci, et devrait baisser à nouveau le trimestre prochain. « Ça me permettait d’épargner pour avoir mon propre atelier, d’acheter du matériel tous les mois, récapitule le jeune homme. Maintenant, je vais faire très attention aux dépenses pour assurer mes arrières. »

Emmanuelle Wargon a annoncé l’élargissement d’une aide à l’installation pour les moins de 25 ans qui viennent de trouver leur premier emploi.

C’est en particulier pour la situation de ces jeunes en insertion que craint Claude Garcera de l’Unhaj. « On leur demande d’être mobiles pour travailler et ils l’acceptent. Mais la mobilité a un coût et, sans logement, difficile de trouver un emploi », estime-t-il. Pour pallier ce problème posé par le nouveau calcul de l’allocation, la ministre chargée du logement, Emmanuelle Wargon, a annoncé l’élargissement d’une aide à l’installation pour les moins de 25 ans qui viennent de trouver leur premier emploi. Les jeunes salariés dont le salaire ne dépasse pas 1 300 euros environ peuvent à présent toucher une aide unique de 1 000 euros auprès d’Action Logement pour les aider à s’installer. Une sorte de mesure compensatoire que salue Claude Garcera, mais qui ne suffit pas à combler les pertes des allocataires touchés par une baisse de leur APL de plusieurs centaines d’euros tous les mois.

Élément de langage fallacieux

Cet impact négatif de la réforme pour les travailleurs en insertion avait pourtant été prédit depuis de nombreuses années par les organisations pour le droit au logement. Prévue depuis plusieurs années, la mesure a mis du temps à se mettre en place pour des raisons techniques. « L’objectif de l’État était d’économiser 1,5 milliard d’euros. Ce sera finalement de l’ordre de 700 millions », détaille le président de la Confédération nationale du logement, Eddie Jacquemart.

 

En avril 2020, la mesure est de nouveau reportée pour cause de confinement, mais n’attend pas l’année électorale 2022 pour être mise en place. « Elle a été présentée dès le départ de manière fallacieuse », juge Eddie Jacquemart. En janvier 2020, le ministre alors en charge de la question, Julien Denormandie, vantait les mérites de sa réforme au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC : « Ce système qui vous verse des aides au logement en fonction de qui vous étiez il y a deux ans, c’est aberrant, il faut que, à partir de maintenant, on vous les verse en fonction de qui vous êtes aujourd’hui », martelait-il. L’élément de langage fourni par le gouvernement oublie que cette possibilité de faire correspondre le calcul de l’allocation à la situation actuelle existait déjà dans l’ancien système. Les allocataires pouvaient, en cas de besoin, demander une révision de leur dossier. Dorénavant, comme le note le président de la CNL, « cette adaptabilité n’existera plus ».

Icon Bullhorn APL, HLM, sans-abrisme... Retrouvez tous nous articles sur les difficultés d'accès au logement.

Les allocataires organisent la riposte

En deux semaines, la pétition de Clémentine Béguier a recueilli plus de 25 000 signatures. Après avoir constaté que la réforme l’amputait de 95 euros tous les mois, l’alternante de 19 ans s’est aperçue en discutant et en naviguant sur les réseaux sociaux qu’elle n’était pas seule. «  Des centaines de jeunes se plaignaient de la perte de centaines d’euros », se souvient-elle. Très vite, la jeune femme a pris contact avec les syndicats étudiants pour mobiliser autour de son texte, « La réforme de l’APL : l’effondrement ! » , hébergé par le site Change.org. « Les jeunes ont besoin de se faire entendre, clame-t-elle . On a l’impression qu’il y a toujours de belles paroles pour nous soutenir, mais pendant ce temps, on coule. » De son côté, la Confédération nationale du logement a lancé un appel à témoignages aux locataires pénalisés. « Les gens ne comprennent pas cette réforme, compliquée techniquement, qui tombe dans un contexte particulièrement anxiogène », résume son président. L’association compte faire remonter les protestations au ministère chargé du logement pour appuyer ses revendications. Elle demande à l’État de suspendre la mesure au moins le temps de la crise, et de réinjecter les économies réalisées auprès des ménages les plus pauvres.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG