Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

21 avril 2021 3 21 /04 /avril /2021 20:16

L’égalité femmes-hommes et la lutte contre le racisme sont des revendications prioritaires. Julien Jaulin/Hanslucas

Syndicats. La CGT à la hauteur de la crise sanitaire, selon les salariés
Jeudi 22 Avril 2021

Si la pandémie a affaibli ses capacités à porter des revendications de long terme, la CGT a été perçue comme particulièrement présente et combative aux côtés des travailleurs en 2020, selon le baromètre Harris Interactive.

 

L’année 2020 a été chamboulée pour les travailleurs de tous bords, mais la crise sanitaire n’a pas entaché la confiance qu’ils accordent aux syndicats. C’est ce que montre le baromètre réalisé par l’institut d’études Harris Interactive pour la CGT, du 15 au 31 octobre 2020, auprès d’un échantillon de 1 001 personnes. Quelques mois seulement après le premier confinement, 47 % des Français ont déclaré faire confiance aux syndicats pour défendre leurs intérêts. Et pour les salariés interrogés, la CFDT et la CGT se partagent la première marche du podium avec un taux de confiance de 47 %. « On peut toujours espérer plus, mais nous pensons que c’est un bon résultat. D’autant que, par rapport à quelques années, il y a de plus en plus d’entreprises, notamment dans les TPE ou les PME, où il n’y a pas d’implantation syndicale. Or, souvent, l’image que quelqu’un a d’une organisation syndicale est meilleure si cette personne a une connaissance concrète de l’organisation », commente Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT.

L’importance des organisations syndicales en temps de Covid

Pour la syndicaliste, un tel taux de confiance traduit également l’effort fait par les différentes instances de la CGT, alors que les travailleurs plongeaient, en mars 2020, dans l’inconnu (placés en chômage partiel ou contraints de travailler dans des conditions dégradées) et que les restrictions sanitaires ont sapé le travail de terrain des militants au sein des entreprises. « C’est sûr que nous avons eu plus de difficultés à entrer en contact avec les salariés. Mais on savait aussi que, dans cette période particulière, les travailleurs avaient énormément besoin des syndicats, pour exercer en toute sécurité, pour obtenir du matériel de protection. Il y a eu beaucoup de questions urgentes sur le travail au quotidien auxquelles nous avons essayé de répondre avec la mise en place de numéros verts, de sites Internet… Paradoxalement, parce que les salariés se sont trouvés plus isolés, ils se sont rendu compte à quel point c’est important que des organisations soient là et disponibles pour faire avancer les choses très concrètement », poursuit la cégétiste. Le baromètre lui donne raison : 74 % des salariés interrogés ont considéré que son syndicat était présent, et 67 % qu’il était disponible.

Ce sondage ajoute toutefois une ombre au tableau pour la centrale syndicale. Seulement un tiers environ des Français interrogés estiment que la CGT est réaliste et efficace. Un résultat qui s’explique, selon Céline Verzeletti, par l’urgence sociale déclenchée par l’épidémie de Covid-19. Privée de ses outils de mobilisation habituels par les confinements successifs, la CGT n’a pas pu avancer autant qu’elle l’aurait voulu sur des revendications de plus long terme. « Si on prend l’exemple de la réduction du temps de travail, on sait que c’est une bataille difficile à obtenir. Elle demande beaucoup de rencontres, de discussions avec nos syndicats et nos syndiqués, de débats. C’est un travail sur le temps long, qu’on n’a pas pu mener cette année », précise la syndicaliste.

Des combats urgents pour les entreprises menacées

D’autant que, dans ce contexte social et économique plus que perturbé, les combats les plus urgents se situent dans les entreprises menacées de fermetures et auprès des salariés qui risquent le licenciement, concède-t-elle. « Évidemment, quand les salariés sont en situation de précarité, qu’ils ont peur de perdre leur travail, ce n’est pas dans ces moments-là qu’ils sont le plus à même d’avoir des perspectives plus longues, de pousser pour du progrès social. Quand on est au pied du mur, on essaye de se défendre. » Une analyse confirmée par le sondage : la réduction du temps de travail des salariés, revendication chère à la CGT, n’est considérée comme une priorité que par 7 % des répondants, au contraire de l’augmentation du pouvoir d’achat et de la lutte contre la précarité, jugées prioritaires par 36 % et 32 % des interrogés.

En somme, si le syndicat s’en tire bien, la CGT compte tout de même tirer des enseignements des résultats de ce sondage. « On voit que l’égalité femmes-hommes et la lutte contre le racisme sont des revendications très importantes pour les salariés, conclut Celine Verzeletti. On s’y intéresse déjà, mais il faut qu’on y travaille encore plus. Ces questions sont de plus en plus prégnantes. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG