Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 22:29

Dans trois semaines, en principe, les expulsions locatives pourront reprendre. 30 000 ménages pourraient être mis à la porte, sans solution de relogement.

Dans la situation actuelle, les personnes expulsées risquent de se trouver sans hébergement pendant l'été. Dans la situation actuelle, les personnes expulsées risquent de se trouver sans hébergement pendant l'été. 

La Fondation Abbé Pierre appelle ce jeudi le gouvernement à prolonger au-delà du 31 mai la trêve hivernale des expulsions locatives, face à une situation sanitaire toujours « extrêmement tendue » faisant peser la menace d’une expulsion sans relogement sur « 30 000 ménages ».

Conquête de l’Abbé Pierre après l’hiver 1954, la trêve hivernale suspend habituellement les expulsions locatives entre le 1er novembre et le 31 mars, offrant chaque année un répit à des milliers de foyers modestes en France.

Une situation sanitaire «extrêmement tendue»

En raison de la crise sanitaire et économique liée à l’épidémie de Covid-19, Emmanuelle Wargon, ministre du Logement, a annoncé en février qu’elle était cette année prolongée de deux mois, jusqu’au 31 mai. « Cette décision entraîne aussi une trêve sur les coupures d’énergie suite à des factures de chauffage impayées », expliquait-elle alors dans notre journal. Mais ces deux mois de répit sont trop courts, selon la fondation, qui estime qu’à trois semaines de l’échéance, « la situation sanitaire » reste « extrêmement tendue ».

Et pour éviter de repousser une issue certaine, compte tenu des circonstances économiques et sociales actuelles, la fondation réclame notamment un assouplissement des conditions d’obtention des aides du Fonds de solidarité logement. En outre, l’abondement à hauteur de 20 millions d’euros par l’Etat du fonds d’indemnisation des bailleurs reste « très inférieur aux besoins », ajoute-t-elle. « Dans ces conditions, tout laisse craindre une explosion des expulsions au cours de l’été 2021, sans relogement voire sans hébergement ».

Selon un rapport parlementaire publié en février dernier, 3500 personnes ont été expulsées de leur logement en 2020, un chiffre en baisse de 79 % par rapport à 2019. En 2020, la trêve hivernale avait été prolongée jusqu’au 10 juillet en raison de la crise.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG