Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 13:40

En marge de l’inauguration d’une résidence flambant neuve dans le quartier Saint-Rémy à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), l’établissement public territorial a signé une convention de coopération pour lutter contre l’habitat indigne avec le groupe Action Logement, afin d’accélérer les démarches permettant de réhabiliter des immeubles dégradés.

Il ne date pas d’hier, ne s’arrêtera pas demain. À Saint-Denis et sur plusieurs villes du territoire Plaine Commune, comme Aubervilliers, la lutte contre l’habitat indigne est l’un des combats du siècle. Ce mercredi, en marge de l’inauguration d’une résidence neuve dans le quartier Saint-Rémy, comptant 79 appartements en location et accession sociale à la propriété, le territoire a signé une convention de coopération avec l’association Foncière Logement (opérateur financé par Action Logement), pour intégrer le dispositif « Digneo. »



Concrètement, le groupe Action Logement, spécialisé dans la location pour les salariés, s’engage à travailler sur les trois prochaines années — dans un premier temps — à la réhabilitation d’un « panier d’adresses » sur différentes villes du territoire, dont évidemment Saint-Denis, ville qui fait partie des plus touchées en France par le fléau. Son maire (PS) Mathieu Hanotin, également à la tête de Plaine Commune, a rappelé que 16 % des résidences privées sont jugées « potentiellement indignes » sur le territoire, chiffre qui grimpe à 20 % sur Saint-Denis. « Il y en a 7,5 % à l’échelle du département, pourtant l’un des plus touchés en France par ce phénomène. C’est dire son ampleur sur le territoire », observe Mathieu Hanotin.

S’engager à rénover des opérations plus complexes que la moyenne

Le dispositif Digneo vise à accélérer les processus de transformation d’immeubles insalubres, qui peuvent parfois prendre jusqu’à dix ou quinze ans. À Saint-Denis, par exemple, Action Logement travaillera sur quatre adresses. « Parfois, certaines opérations peuvent être un peu compliquées et on ne trouve pas de promoteur en capacité de les sortir, explique Katy Bontinck, 1re adjointe (Génération. s), notamment chargée de la lutte contre le logement indigne au territoire. Avec cette convention, Digneo accepte de travailler à la fois sur des opérations faciles à réaliser, et d’autres plus compliquées. »

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), ce mercredi matin. De gauche à droite, Cécile Mazaud, présidente de Foncière Logement, Nadia Hai, ministre de la Ville, Mathieu Hanotin et Katy Bontinck, respectivement maire (PS) et 1re adjointe (Générations) de Saint-Denis.
Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), ce mercredi matin. De gauche à droite, Cécile Mazaud, présidente de Foncière Logement, Nadia Hai, ministre de la Ville, Mathieu Hanotin et Katy Bontinck, respectivement maire (PS) et 1re adjointe (Générations) de Saint-Denis. Anthony Lieures

Action Logement y trouve son intérêt en permettant à des salariés de s’implanter dans des secteurs accessibles en transport et proches de zones d’emploi. « Et en contrepartie, Digneo va s’engager à regarder des adresses qu’un partenaire, qui travaillerait opération par opération, serait réticent à faire car le modèle économique est plus tendu, un nombre de logements plus limité… poursuit Katy Bontinck. Ce n’est pas Digneo qui résorbera nos 20 % d’habitat indigne, mais cela nous fait un partenaire de plus, fidèle, et qui s’engage sur tout le territoire. »

« L’impression de vider l’océan à la petite cuillère »

La ministre de la Ville, Nadia Hai, a assisté à la signature du partenariat, rappelant « à quel point les procédures (de résorption de l’habitat indigne) sont longues et complexes. » « On sait aussi à quel point il est difficile de trouver des investisseurs solides, en capacité de pouvoir supporter les coûts des opérations et de prendre les risques inhérents aux interventions dans les centres anciens dégradés », a-t-elle poursuivi, saluant en Action Logement « un partenaire financier de tout premier plan. »

Présent également à la signature, le député (PCF) Stéphane Peu approuve aussi le dispositif. « La lutte contre l’habitat indigne nécessite des moyens hors normes, qui échappent souvent aux normes de la construction de logements neufs ou de réhabilitations de logements sociaux, explique-t-il. C’est souvent plus coûteux et pour des opérations de moindre envergure. Mais si on veut traiter correctement les personnes qui vivent dans ces logements, les reloger, reconstruire ou rénover, il faut toujours prévoir ce coût. »

Pour des opérations qui ne sont jamais rentables : « C’est pour cela qu’il est bien d’avoir des partenaires qui permettent d’aller plus vite sur des opérations compliquées, poursuit Stéphane Peu. Ce n’est pas le seul levier, mais il en fait partie, et il y a toujours une course de vitesse dans la résorption de l’habitat insalubre : on a souvent l’impression de vider l’océan à la petite cuillère. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
merci de toutes les informations
Répondre

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG