Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

15 juillet 2021 4 15 /07 /juillet /2021 08:43
Hérault : le maire de Lignan-sur-Orb devant la justice pour harcèlement moral envers des employés
  •  
    Le maire de Lignan sera jugé devant le tribunal de Béziers le 26 août prochain.
    Le maire de Lignan sera jugé devant le tribunal de Béziers le 26 août prochain.
 

Jean-Claude Renau, le maire de Lignan-sur-Orb, est poursuivi pour des faits de harcèlement moral par trois employés de sa mairie. Il sera jugé le 26 août à 13 h 30 devant le tribunal de Béziers.

Le 14 juin dernier, après de nombreuses semaines d’enquête, Jean-Claude Renau, le maire de Lignan-sur-Orb, a été placé en garde à vue à la suite de trois dépôts de plaintes.

Poursuivi avec deux agents municipaux 

Il en est ressorti, avec deux autres agents municipaux de sa mairie, poursuivi pour des faits de harcèlement moral envers trois employés. Les éléments en possession des enquêteurs semblent suffisamment caractérisés pour que le parquet de Béziers décide de poursuivre l’élu devant le tribunal. Il sera jugé le 26 août à 13 h 30. Selon nos confrères de France Bleu, des enregistrements seraient en possession de la justice. Ils mettraient sérieusement en cause l’élu et deux de ses employés.

"Je prendrais les dispositions qui s'imposent"

Jean-Claude Renau, le maire de Lignan ne veut pas s’exprimer sur le fond de cette affaire de harcèlement qui lui a valu 32 heures de garde à vue. "Il y a une instruction. Je serais devant le tribunal le 26 août et la justice dira ce qu’il en est réellement. J’ai été auditionné et j’ai dit ce que j’avais à dire. je ne tiens pas à commenter plus que je le dois."

L'inéligibilité risquée

Jean-Claude Renau est convoqué le 26 août à 13 h 30 devant le tribunal de Béziers avec les deux autres employés municipaux mis en cause dans cette affaire de harcèlement moral. Si les faits sont avérés, les trois prévenus encourent une peine pouvant aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende. Des peines complémentaires peuvent être assorties à la condamnation. Cela va, de l’interdiction d’exercer une fonction publique pour les employés jusqu’à la privation du droit d’éligibilité pour le maire (Article 222–33–2 du Code pénal). Pour l’heure en l’absence de condamnation définitive, chacun est présumé innocent face à la loi.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG