Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

8 septembre 2021 3 08 /09 /septembre /2021 16:57

INFO LE PARISIEN. Ce mercredi après-midi, un nouveau référentiel destiné à encadrer la taille des logements et la qualité des constructions est remis à la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon.

De 28 m2 pour un T1 à 96 m2 pour un T5, les auteurs du rapport préconisent des tailles minimales pour les appartements. (Illustration) LP/Sébastien Thomas

La chasse aux cages à lapins est ouverte. Diminution de la taille des logements, plafond de plus en plus bas, chambres trop exiguës, rangements en voie de disparition, cuisine à l’américaine… Ce mercredi après-midi, un nouveau référentiel destiné à encadrer la taille des logements et la qualité des constructions est remis à la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon.

Et ses recommandations, que Le Parisien a pu consulter en exclusivité, sont explosives : « Les réductions des surfaces des logements relevés dans de nombreuses réalisations récentes se sont avant effectuées sur les pièces (à vivre) », constatent les deux architectes à l’origine du rapport, Laurent Girometti et François Leclerc. Ils l’affirment : « L’augmentation recherchée de la surface des logements se traduirait par une augmentation nécessaire de la surface des pièces ». Ainsi, à l’avenir, pour être convenable et propre à l’habitation, un T1 devrait faire 28 m2, un T2, 45 m2, un T3, 62 m2, un T4, 79 m2, et un T5 96 m2. Soit à chaque fois plusieurs mètres carrés de plus que ce que les agences immobilières proposent traditionnellement.



De la même manière, pour être normale, la surface minimale par chambre devrait être « de 10,5 m2 et l’appartement doit contenir au moins une chambre de 12 m2 », soulignent les deux spécialistes pour qui « les chambres doivent évoluer afin que la plus petite puisse accueillir différentes possibilités d’aménagement permettant, entre autres capacités, l’accueil éventuel d’un deuxième lit ». Et pour cause, il y a urgence : « Des chambres ne dépassant pas 9 m2 (…) sont très fréquentes et elles se trouvent souvent équipées de placards, inexistants ailleurs dans le logement, ce qui réduit ainsi leur surface d’environ 1 m2 », argumentent-ils.

Une hauteur sous plafond « généralisée à 2,70 m » ?

Et de préciser : « Les rangements, souvent dévolus aux chambres et sous-évalués dans les programmes, doivent être pris en compte dans les calculs de surfaces, sachant que leur externalisation en sous-sol, par exemple, peut-être envisagée, mais a tendance à disparaître ».

Laurent Girometti et François Leclerc s’attaquent également à la hauteur sous plafond, qui devrait être « généralisée à 2,70 m (contre, 2,5 m en moyenne) car souvent mesurées à moins selon les enquêtes qualité ». Cette nouvelle norme doit être remise en cause pour plusieurs raisons, insistent-ils : « L’adaptation à l’évolution de la taille des personnes, l’amélioration de la ventilation (…), et la possibilité d’aménagement en trois dimensions (lits superposés, mezzanine, rangements plus grands…).

Ce nouveau référentiel, « constituera un outil, un repère pour les professionnels, les élus, les acquéreurs. Certains de ces critères pourront être utilisés pour orienter les dispositifs fiscaux » (dont le futur avantage Pinel, qui s’appellera Pinel Plus à partir de 2024).

Si ce « référentiel » n’est, pour l’instant, pas contraignant pour les professionnels du secteur, à terme, nous précise le ministère du Logement, « une modification du code la construction qui intègre ces nouvelles normes n’est pas à exclure ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG