Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 18:01

La plupart du personnel de Clésence a débrayé deux heures ce jeudi 27 janvier réclamant de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires, du jamais vu en soixante ans d’existence.

Réagir

Mis en ligne le 27/01/2022 à 14:35

Par Jerome HEMARD

À Saint-Quentin, les manifestants ont fait savoir leur mécontentement aux automobilistes.

Préférez-vous faire vos courses en centre-ville ou en zone commerciale ?

Débattez

 

Historique, c’est l’adjectif qui revient sur toutes les lèvres des grévistes qui travaillent pour le bailleur social Clésence.

Ici, au siège de Saint-Quentin, boulevard Roosevelt, les affiches jaunes collées aux fenêtres des bureaux et les banderoles déployées par le personnel en colère parlent d’elles-même. «  C’est un mouvement mûrement réfléchi même le personnel qui est en télétravail a débranché  », explique un collectif bien décidé à se faire entendre. Et ça commence sur la route par une distribution de tracts aux automobilistes, visiblement solidaires par de nombreux coups de klaxon à répétition.

Avant la revalorisation des salaires, ici, chacun réclame de meilleures conditions de travail quel que soit le service : informatique, commercial ou juridique. «  On est au bout du bout. Depuis les deux dernières fusions nous n’avons jamais retrouvé une organisation opérationnelle. Il y a un gros malaise depuis 3 ans chez Clésence. Les salariés sont à bout, ils se mettent en arrêt et sont poussés à la démission.  »

Le personnel qui a débrayé réclame aussi une vraie revalorisation salariale. Même si les négociations annuelles sont toujours en cours, chacun ici fait le constat que, depuis la crise sanitaire, rien ne bouge et aucune augmentation de salaire n’a pu être obtenue. «  Nous en sommes à la seconde réunion des Négociations annuelles obligatoires et n’avons toujours eu aucune proposition de la part de la direction alors que nous sommes dans le top 10 des entreprises qui réalisent les meilleurs résultats nets de l’Aisne  », détaille le délégué CGT, Pascal Guillaume.

Clésence est la fusion de trois entités qu’étaient La maison du CIL, Picardie habitat et Logivam. Aucun lissage et ajustement salarial n’à été prévu ce qui entraîne de nombreuses et parfois importantes disparités salariales entre les collaborateurs du nouveau groupe.

Si le mouvement a été fortement suivi au siège de Saint-Quentin, les agences de Vervins, Laon, Soissons et Château-Thierry pour l’Aisne ont également répondu à l’appel des trois syndicats que sont la CGT, FO et la CFTC.

Ce débrayage pourrait être suivi d’autres mouvements si rien ne bouge rapidement, c’est en tout cas le message que veulent faire passer les grévistes.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG