Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 12:09

Président du directoire du promoteur Gambetta, Norbert Fanchon est déçu par le mandat qui s’achève. Il regrette que la problématique du logement soit absente des débats, à moins de trois mois du premier tour, alors que le logement représente le premier poste de dépenses des Français.

«L’acte de construire est très critiqué, c’est presque devenu vulgaire de construire en France», regrette Norbert Fanchon, président du directoire du groupe Gambetta.

«L’acte de construire est très critiqué, c’est presque devenu vulgaire de construire en France», regrette Norbert Fanchon, président du directoire du groupe Gambetta.

Norbert Fanchon, président du directoire du groupe Gambetta dresse un bilan en demi-teinte du quinquennat d’Emmanuel Macron qui assimile à une « rente » les prix de l’immobilier. Spécialisé dans la construction de logements neufs en accession à la propriété, le groupe Gambetta a la particularité d’être un acteur coopératif — gouverné par ses salariés — présent également dans le logement locatif social.

Il s’étonne qu’on parle si peu de logement dans cette campagne alors que « le budget logement est au cœur du pouvoir d’achat », représentant près du tiers du budget d’un ménage.

Comment se porte le logement neuf aujourd’hui ?

NORBERT FANCHON. La demande de logements est très soutenue, d’autant plus qu’avec la pandémie, la pierre a retrouvé son statut de valeur refuge. Ce qui est regrettable, c’est que l’offre ne suive pas. En 2021, environ 350 000 logements ont été livrés, dont 150 000 maisons individuelles, entre 80 000 et 100 000 logements sociaux et 130 000 immeubles collectifs en copropriété. Or, chaque année, le besoin varie entre 450 000 et 500 000 logements. Cela signifie qu’il manque 100 000 à 150 000 constructions de logements neufs chaque année en France.

Comment expliquez-vous un tel décalage ?

L’acte de construire est très critiqué, c’est presque devenu vulgaire de construire en France. Il suffit de voir en 2017 Emmanuel Macron, alors candidat, parler de « rente » pour évoquer les prix de l’immobilier ou le rapport Girometti-Leclercq sur l’amélioration du logement collectif neuf. On a parfois l’impression que nous, les promoteurs, construisons n’importe quoi parce qu’on se moque de la qualité et que ça se vend… On le ressent face à certains maires. Ils nous opposent la faible dimension environnementale de notre travail… Toute la profession, des promoteurs aux architectes en passant par les constructeurs, est stigmatisée alors que de 2000 à nos jours, la construction neuve s’est améliorée de façon considérable, que ce soit en matière de performances thermiques, de qualité de l’air, de matériaux ou d’acoustique. Plus globalement, il y a un vrai problème en France de faire société, le vivre-ensemble est de plus en plus compliqué, notre rapport à l’autre est de moins en moins supporté. Nous voulons du logement moins cher, mais pas à côté de chez nous.

Newsletter Objectif 2022
Éclairages, infos et analyses pour ne rien manquer de la présidentielle
Toutes les newsletters

Vous pointez aussi l’effet pervers de la suppression de la taxe d’habitation…

La suppression de la taxe d’habitation depuis 2017 pèse lourd. Les élus locaux avaient un argument électoral qui n’existe plus : « Je vais autoriser des constructions qui vont créer de nouvelles ressources pour la ville, lesquelles vont financer des équipements publics. » Ce pacte, qui permettait la construction d’un côté et l’amélioration des conditions de vie des habitants de l’autre, n’existe plus.

«La construction de nouveaux logements est conciliable avec la défense de l’environnement» selon Norbert Fanchon, président du directoire du groupe Gambetta.
«La construction de nouveaux logements est conciliable avec la défense de l’environnement» selon Norbert Fanchon, président du directoire du groupe Gambetta. Gabriel Gorgi

Comment concilier environnement et besoin de constructions ?

La construction de nouveaux logements est conciliable avec la défense de l’environnement, mais à deux conditions. D’abord, la production doit se faire là où on en a besoin, en priorité près des gares et stations de transports en commun pour diminuer les déplacements automobiles entre le domicile et le lieu de travail. Et avec l’accélération de la transition écologique, il devient nécessaire de revoir nos modes de construction : cela passe par construire moins de parkings, supprimer les sous-sols et construire plus haut. Il faut accélérer sur la transition écologique mais sans nous rendre coupables. On ne dit pas qu’on fait tout bien mais on fait mieux qu’avant. On en a assez du bashing ambiant et de cette stigmatisation permanente de notre profession.

Malgré les aides, il devient de plus en plus difficile d’acheter dans le neuf… Comment expliquez-vous cette envolée des prix ?

La matière première du neuf, c’est le terrain, qui coûte de plus en plus cher. La baisse du nombre des permis de construire renforce la surenchère des prix entre opérateurs. De plus, le foncier est mal exploité en France : il faut accepter de construire en hauteur, comme partout dans le monde. Pour pallier le coût du foncier, des leviers existent comme le Bail réel solidaire qui permet d’acheter les murs d’un appartement ou d’une maison, mais sans son terrain, soumis à un bail longue durée (emphytéotique de 99 ans). Ce dispositif permet de devenir propriétaire avec une décote d’au moins 30 % par rapport au marché.

Comment se fait-il que le logement ne soit pas au cœur de la campagne présidentielle ?

Je ne me l’explique pas. Aujourd’hui, le logement représente le premier poste de dépenses des Français. Nous consacrons en moyenne près du tiers de nos revenus à notre logement, c’est énorme. Or peu de candidats en parlent. Beaucoup disent que c’est un sujet technique et, peut-être, pensent-ils, que les Français ne comprendront pas… C’est un peu plus technique que de parler de pouvoir d’achat mais si le pouvoir d’achat est au cœur des débats, le budget logement est au cœur du pouvoir d’achat. Pourquoi octroyer des primes de transports plutôt que de traiter du vrai problème ? Pourquoi ne pas traiter la cause plutôt que les maux ?

Les chiffres clés

  • 37 millions de logements en France (source Insee, 2018)
  • 58 % de Français propriétaires de leur logement (source Insee, 2018)
  • Environ 350 000 logements neufs livrés en 2021
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG