Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 19:29

Cette fois, c’est au siège même de l’Office public de l’habitat qu’un homme au visage encagoulé a agi, ce vendredi 11 février. La nouvelle agression fait suite à celles d’une employée et de trois autres gardiens, ainsi que des menaces de mort commises en trois semaines.

Aubervilliers, le 20 janvier. Des balles et des tags menaçant les gardiens de jambisation avaient été découverts sur les bureaux d'accueil de l'OPH d'Aubervilliers. Depuis, les agressions de salariés et agents de sécurité se succèdent. DR

Aubervilliers, le 20 janvier. Des balles et des tags menaçant les gardiens de jambisation avaient été découverts sur les bureaux d'accueil de l'OPH d'Aubervilliers. Depuis, les agressions de salariés et agents de sécurité se succèdent. DR

La scène s’est déroulée très rapidement, ce vendredi 11 février, un peu avant 9h30, au siège de l’Office public de l’habitat (OPH) d’Aubervilliers, rue André-Karman. Un homme masqué, voire même encagoulé et ganté selon la municipalité, est arrivé à l’accueil avant de viser un agent de sécurité à la bombe lacrymogène puis l’ensemble du hall.

« Le gaz s’est répandu partout et a touché toutes les personnes présentes, y compris aux guichets, précise Jean-Baptiste Paturet, directeur général de l’OPH. L’auteur n’a pas dit un mot et il s’est ensuite enfui. C’est la stupeur et travailler dans ces conditions devient difficile. » En l’espace de trois semaines, il y a eu en effet deux autres séries d’agressions ainsi que des tags menaçant l’intégrité physique des gardiens. Un climat pesant de l’avis de tous.

L’agent de sécurité, qui a été arrosé de gaz lacrymogène, était justement présent dans ce cadre, afin de sécuriser les équipes mais aussi les locataires se rendant dans les locaux. « On n’a aucune explication à ce qui se passe, ajoute Jean-Baptiste Paturet. Le 27 janvier, en fin de journée, une employée de l’office HLM, qui rentrait chez elle avec sa fille, avait été rouée de coups et aspergée à la bombe par deux hommes encagoulés.

« Inadmissible » selon la maire

Trois jours plus tôt, trois gardiens avaient également été victimes d’une agression à la lacrymogène dans un parking souterrain. Les deux jeunes gens masqués s’étaient ensuite enfuis, en ayant juste dit : « Vous n’avez pas compris le message, bande de fils de p… ! »

Un message faisant sans doute référence aux cinq loges où ont été découvertes, le 20 janvier des balles et des tags menaçant les gardiens de « jambisation ». Cette technique souvent employée dans les règlements de comptes consiste à viser les jambes pour mutiler.

« Inadmissible », a une nouvelle fois réagi Karine Franclet, la maire UDI d’Aubervilliers, également présidente de l’OPH, dans un communiqué de soutien aux personnels. Pour l’heure, l’enquête se poursuit et il n’y a pas eu d’interpellations.

Nouvelle agression au gaz lacrymogène à l’office HLM d’Aubervilliers
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG