Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SALAIRES

100---copie-1.jpg

Recherche

Salaires : + 100 €

salaires-logt-social.jpg

Bienvenue

 
Dessin de Pierre Corneloup

Bonjour,
Vous avez ouvert les fenêtres et vous avez donc poussé la porte pour entrer dans votre espace "logement social".
Vous allez découvrir que notre "habitat" est composé de plusieurs pièces :
- Une pour les ESH et Coopératives,
- Une pour les OPH,
- Une pour les 2 dernières années de référence qui vous serviront pour parcourir toute notre actualité comme les différents réunions et comptes-rendus qui y sont faits, nos tracts, les textes de loi (ordonnances, décrets, circulaires, etc.), informations diverses et diverses réflexions et propositions faites aussi par notre collectif logement.

Une chose importante : si vous avez des suggestions, des idées et des propositions à nous faire, surtout, n’hésitez pas, envoyez-nous un mail à l'adresse suivante: cgt.logement@free.fr.


Nous vous invitons à vous inscrire à la newsletter comme cela vous serez informé chaque fois qu'un nouvelle article sera mis sur le blog.

Maintenant, votre visite peut commencer... A bientôt.

12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 09:21

Accueil

Le 15 mars, court jus pour 600 000 foyers

 

Alors que la trêve hivernale est programmée en fin de semaine, des milliers de familles pourraient être menacées par des coupures d’énergie. La CGT évoque même le chiffre d’un million de foyers concernés d’ici à la fin de l’année.

Entrée en vigueur en avril 2013, la loi Brottes – initialement appelée «transition vers un système énergétique sobre» – pouvait paraître comme une avancée sociale. L’extension des tarifs sociaux à près de 4 millions de bénéficiaires et l’instauration d’une trêve hivernale étaient saluées positivement par nombre de syndicats, y compris la CGT cependant plus réticente sur le second point. Et pour cause. Si, depuis le 1er novembre 2013, les personnes éligibles au Fonds de solidarité logement ont pu bénéficier de la trêve hivernale, ce parapluie social va se refermer brutalement dès le 15 mars. Après cette date butoir (la même que pour les expulsions locatives), quelque 600 000 foyers de la métropole pourraient être privés d’électricité et de chauffage. Un record, selon la CGT énergie et l’Indecosa CGT (Association pour l’information et la défense des consommateurs salariés) inquiètes des premières enquêtes menées auprès d’ERDF et de GRDF. « Pour la seule année 2012, il y avait eu 580 000 coupures d’électricité et 500 000 en 2011 », rappelle Virginie Gensel-Imbrecht, secrétaire générale de la fédération CGT mines-énergie : « Alors que nous ne sommes qu’en mars, les directions des entreprises parlent déjà de réquisitionner leurs techniciens pour couper le gaz et l’électricité à 600 000 familles en situation de précarité sociale ! Cela signifie que nous pourrions atteindre potentiellement un million de coupures pour 2014 ! » Dans ce cas-là, deux solutions s’offrent aux débiteurs : payer rubis sur l’ongle 50 % de leur dette, ou réussir en un temps record à constituer un dossier de recours auprès de l’assistance sociale. Peu y arrivent. La loi Brottes engendre donc des effets pervers, au premier rang desquels un endettement progressif lié aux impayés de factures qui s’élèvent en moyenne à 1 900 euros.

307 accidents liés aux chauffages de fortune

Aujourd’hui, 8 millions de Français seraient en situation de précarité énergétique, « dont 3,5 millions qui déclarent souffrir du froid dans leur logement », précise Virginie Gensel-Imbrecht, « pour la raison simple que les prix des loyers excessifs obligent les familles à faire le choix de ne pas se chauffer ». Les précaires ont souvent le même profil, comme l’indiquait déjà en décembre 2009 le rapport Pelletier sur la précarité énergétique. Les foyers les plus touchés sont les habitants des zones rurales, les ménages monoparentaux, les retraités aux faibles pensions, les bénéficiaires de minima sociaux, les chômeurs et les surendettés. « Il est bien évident que les politiques menées depuis plusieurs années contribuent à une précarité généralisée dont la précarité énergétique est un des symptômes, explique Arnaud Faucon, secrétaire national de l’Indecosa CGT. Les coupes sur les pensions de retraites, les salaires qui ne suivent pas et un pouvoir d’achat faible sont des facteurs qui contribuent à l’augmentation d’un autre indice plus général : celui de la pauvreté. » Avec les actes et conséquences que la pauvreté enfante. Ainsi, l’agence régionale de santé (ARS) a-t-elle observé une forte augmentation du nombre d’intoxications au monoxyde de carbone dues principalement à l’utilisation de chauffages de fortune de type brasero ou barbecue. En Île-de-France, par exemple, depuis le 1er septembre 2013, la proportion d’intoxications au monoxyde de carbone liées à l’utilisation de ces types d’appareils a doublé en un an. La cellule de l’Institut de veille sanitaire de la région a répertorié dans cette même période 307 victimes d’accidents liés au monoxyde de carbone, dont 257 finissant aux urgences. Voilà pour les conséquences du côté des usagers.

Du côté des agents GDF ou ERDF, la situation n’est guère meilleure : « Nous craignons clairement une recrudescence des agressions de nos agents, redoute Laurent Langlard, porte-parole de la fédération mines-énergie pour la CGT. Beaucoup parmi eux sont par ailleurs très réticents à exécuter ce genre de travail. » La notion de libre arbitre a totalement disparu du cahier des charges des techniciens. « Avant, on pouvait rentrer chez soi en se disant, “c’est bon, cette famille pourra dormir au chaud ces prochains jours”, se souvient le syndicaliste ; aujourd’hui, on passe en conseil de discipline si on a refusé d’opérer la coupure. » La libéralisation et la déréglementation du secteur de l’énergie sont accompagnées d’un management assorti : salaires gelés, effectifs réduits, horaires obligatoires. Un comble lorsqu’on sait qu’en 2013, les dividendes ont augmenté de 8 % à EDF et GDF Suez, pendant que l’augmentation des salaires atteignait difficilement les 1 %.

Les revendications de la CGT 

- Stopper les coupures (gaz, électricité, eau).

- Dégager des moyens pour la rénovation thermique 
 des logements.

- Intervenir sur la fixation des tarifs nationaux régulés.

- Ramener la taxe sur le kWh de 20 % à 7 %.

- Mettre en place un pôle public de l’énergie pour lutter contre 
 la déréglementation du secteur.

 

Stéphane Aubouard

Partager cet article

Repost 0
Published by Collectif Logement CGT - dans Actualités logement
commenter cet article

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG