Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Recherche

Fier.e.s de travailler pour le service public du logement

 

 

15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 22:34
CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE / Social Logement d'urgence : la CGT manifeste devant l'UMP
Publié le mercredi 24 août 2011 à 11H00 -

« Notre rassemblement est avant tout symbolique ce jour, mais l'UMP sait de quoi on est capable. Nous serons présents le jour de l'inauguration de la foire », insistent les syndicalistes remontés en cette fin août.

« Notre rassemblement est avant tout symbolique ce jour, mais l'UMP sait de quoi on est capable. Nous serons présents le jour de l'inauguration de la foire », insistent les syndicalistes remontés en cette fin août.


À l'initiative de l'union locale CGT, des syndicalistes châlonnais ont manifesté hier devant la permanence UMP et le bureau de Benoist Apparu afin de dénoncer la réforme des logements d'urgence et le « pillage » du 1 % logement.

 

ILS n'étaient qu'une dizaine avec leurs drapeaux rouges mais ils se sont fait remarquer hier devant la permanence de l'UMP. Les forces de police étaient sur place, on ne sait jamais…
A l'appel de l'UL CGT, une manifestation s'est effectivement déroulée devant les locaux de l'UMP qui abritent également le bureau local du secrétaire d'État au Logement Benoist Apparu.


Car c'est bien le représentant du gouvernement qui était hier après-midi dans la ligne de mire des Cégétistes qui avaient déployé une grosse banderole : « Apparu ouvre ici un centre pour les sans-logis et arrête de ponctionner le 1 % logement ». Selon le n° 1 de l'union locale Daniel Garda, accompagné de figures de la CGT Châlons à l'instar de Ludovic Têtevuide, Jérémy Toussaint ou encore Sandrine Calvy, entre autres, la mobilisation sur site consistait à dénoncer la réforme du logement d'urgence.


« Les récentes déclarations du secrétaire d'État Benoist Apparu quant à la transformation de 4 500 places d'hôtel en logements ne peuvent masquer le désengagement de l'État des politiques d'hébergement d'urgence et ses conséquences humaines et sociales désastreuses. Les coupes budgétaires à l'encontre du Samu social de Paris et la démission de son président Xavier Emmanuelli, qui ont fait la une de l'actualité en sont l'illustration frappante et révèlent l'ampleur de la crise », déclarent les manifestants qui dénoncent la fermeture ou encore la limitation des heures d'ouverture de certains logements d'urgence.


« Pillage » du 1 % logement
Pour les manifestants, le volet 1 % logement les fait également sortir de leurs gonds. « L'État veut prélever dans la poche des 11 500 000 salariés du privé la somme de 3,4 milliards pour les années 2012-2014 afin de financer en ces lieux et place les agences gouvernementales ANRU. Ce sont donc 300 euros qui seront pris dans la poche de chaque salarié du privé. C'est du pillage ! ».


Après la concertation et ses limites, la CGT souhaite que s'ouvrent des négociations pour : « relever le défi du logement aujourd'hui en crise, et pour faire d'une des préoccupations majeures des concitoyens et salariés, une véritable cause nationale ».


Les syndicalistes ont promis qu'ils se replaceraient sur le chemin des élus UMP, notamment lors de l'inauguration de la foire-expo de Châlons. « Ils savent de quoi nous sommes capables, ils ont encore en mémoire l'inauguration des travaux du quartier d'Orléans ».


BBB et Benoist Apparu avaient été sifflés et conspués. A bon entendeur…


David ZANGA

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pages

Service Public du logement

j-aime-HLM-SP.jpg

 

Soyons connectés !!!

Inscrivez-vous.jpgPour être informé chaque fois qu'un article est mis sur le blog,
inscrivez vous ci dessous en indiquant votre adresse émail.

Histoire des structures de la CGT

Voir la vidiéo en cliquant sur le lien suivant : link

structures-CGT.JPG